Le cancer du col utérin est-il fréquent ? Quels sont les risques de développer un cancer du col ?

Le cancer du col occupe le 6ème rang des cancers féminins. Son incidence augmente avec l'âge, et atteint son maximum vers l'âge de 60 ans. En France, environ 3500 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Le cancer du col de l'utérus concerne toutes les femmes. Le dépistage par un frottis cervico-vaginal régulier est indispensable.

 

Certains facteurs favorisent l'apparition de la maladie :

  •     La précocité des premiers rapports sexuels .
  •     La multiplicité des partenaires.
  •     Les facteurs infectieux (dans plus de 90 % des cancers du col, une infection locale par certains papilloma virus est retrouvée -HPV 16 et 18-; un vaccin est maintenant disponible) .
  •     Le tabagisme : les fumeuses ont un risque 2,4 fois plus important, indépendamment de leur comportement sexuel.
  •     Le déficit immunitaire (traitement immunosuppresseur, infection par le VIH). La contraception orale ou locale ne favorise pas le cancer du col de l'utérus.

Une consultation HPV est disponible à l’HEGP. Parlez-en avec votre médecin radiothérapeute.

 

Qu'est ce que le cancer du col ?

Le cancer du col de l'utérus se développe en général lentement ; il est précédé par une phase pré-cancéreuse, suffisamment longue (plusieurs mois à plusieurs années) pour permettre un dépistage précoce grâce au frottis cervico-vaginal (dysplasies du col).
En l'absence de dépistage, certaines cellules de la muqueuse du col se dérèglent en se multipliant sans cesse réalisant une prolifération anarchique et ininterrompue de cellules anormales formant une tumeur.

Au début du processus, ces cellules restent localisées au col puis lorsque la tumeur devient plus volumineuse, elle peut s'étendre aux organes situés à proximité (dans le vagin, la vessie, parfois dans le rectum).
Par ailleurs, des cellules peuvent se détacher et migrer dans les vaisseaux sanguins pour aller se développer dans les ganglions du bassin et enfin dans d'autre organes comme les poumons, le foie etc. Elles constituent alors des tumeurs secondaires appelées métastases.

 

Quels sont les symptômes du cancer du col ?

Les symptômes qui donnent le plus souvent l'alerte sont des saignements vaginaux, survenant en dehors des règles, volontiers déclenchés par les rapports sexuels. Parfois, les symptômes sont limités à des pertes vaginales banales, à une pesanteur pelvienne ou à une anémie inexpliquée. La découverte du cancer peut être fortuite, à partir d'un frottis suspect.

 

Quels examens sont nécessaires lorsqu'un cancer du col est suspecté ?

Un bilan complet vous est alors prescrit ; il permet :

  •     D'être sûr du diagnostic de cancer en analysant un morceau de la tumeur (biopsie ou conisation).
  •     De préciser le type de cancer ; il existe 2 sortes principales de cancer : les cancers épidermoïdes siégeant sur la muqueuse externe du col et les adénocarcinomes siégeant plus volontiers dans l'endocol.
  •     De voir si la tumeur est localisée, si elle atteint les organes de voisinage (vagin, vessie, rectum), les ganglions voire d'autres organes à distance On a recours au scanner abdomino-pelvien, à l'IRM pelvienne et au petscan. La vessie peut être examinée directement à l'aide d'une optique souple (cystoscopie).
  •     De vérifier le bon fonctionnement de votre organisme (cœur, foie, rein, maladies associées…) et votre aptitude à tolérer le traitement nécessaire.