Quels sont les traitements radiothérapiques du cancer de la prostate non métastatique ?

Grâce au bilan permettant d'apprécier le pronostic de la maladie et l'extension ou non au-delà de la prostate, le médecin pourra proposer le traitement le plus adapté. Nous ne verrons pas ici la prise en charge des cancers de la prostate présentant une extension aux ganglions ou métastatiques, pour lesquels les traitements médicaux à type d'hormonothérapie ou de chimiothérapie sont les plus utilisés.
Les traitements locaux ou loco-régionaux font appel à la chirurgie qui consiste à retirer l'ensemble de la prostate et les vésicules séminales (prostatectomie radicale), à la radiothérapie externe ou à la curiethérapie.

La radiothérapie externe est un traitement local du cancer de la prostate qui consiste à détruire les cellules cancéreuses situées dans la prostate au moyen de rayons.
La source de rayonnement est située à distance du corps, les rayons X étant émis au moyen d'un accélérateur linéaire de particules. Cette dernière est appelée conformationnelle en raison des améliorations actuelles des techniques de radiothérapie, permettant une irradiation plus conforme à la prostate, tout en diminuant le plus possible la dose délivrée aux organes adjacents, comme le rectum ou la vessie.


La radiothérapie peut parfois s'accompagner d'une hormonothérapie, qui peut se réaliser avant (hormonothérapie néoadjuvante), pendant (hormonothérapie concomitante) ou après la radiothérapie (hormonothérapie adjuvante), et ce dans le but d'améliorer l'efficacité du traitement. La radiothérapie externe peut aussi avoir un rôle après une chirurgie prostatique, et ce en cas de récidive locale. Cette irradiation concernera la loge de prostatectomie, site initial du cancer de la prostate.

La curiethérapie consiste quant à elle à implanter directement dans la prostate des sources radioactives. L'irradiation est très localisée et ne s'applique qu'aux patients présentant une maladie strictement localisée à la prostate, le médecin tenant compte également des résultats du dosage de PSA, des biopsies ainsi que de la fonction urinaire.

Le type de traitement proposé à chaque patient tient donc compte des caractéristiques du cancer, des caractéristiques du patient (age, pathologies associées, désir du patient...), de la prostate et des éventuels effets secondaires des traitements, inhérents à chaque technique.

 

Comment se prépare un traitement par radiothérapie externe ?

 

Dans certains cas, votre traitement sera réalisé avec modulation d'intensité. L'implantation dans la prostate de marqueurs radio-opaques (fiduciels ou "grains d'or") sera réalisée au préalable sous anesthésie générale. Ces grains d'or serviront à repérer la position de la prostate avant chaque séance. Une analyse d'urine, le suivi d'un régime alimentaire sans résidu et un lavement seront nécessaires avant l'implantation.

Dans tous les cas, le médecin radiothérapeute réalisera un scanner dosimétrique afin de déterminer les volumes à irradier, grâce au repérage tridimensionnel de la prostate, ainsi que les organes à protéger, comme la vessie et le rectum.


Un plan de traitement sera ensuite réalisé pour chaque patient et sera validé par toute l'équipe lors d'une réunion de concertation. L'irradiation se déroulera ensuite quotidiennement, cinq jours par semaine, pour une durée de sept à huit semaines. Des contrôles réguliers du repositionnement seront réalisés de manière régulière afin de s'assurer que les conditions de traitement sont conformes au plan de traitement initial, ces contrôles n'ayant cependant pas pour but de vérifier l'efficacité du traitement.

 

Quels sont les effets secondaires possibles de la radiothérapie ?

Les effets secondaires les plus fréquents sont liés à l'irritation des organes de voisinage : la vessie, l'urètre, le rectum et le canal anal. Ils se manifestent le plus souvent par des envies d'uriner plus fréquentes, des brûlures mictionnelles, une accélération du transit et des faux besoins.


Votre médecin radiothérapeute référent vous verra régulièrement afin de juger de la tolérance du traitement et de vous proposer un traitement symptomatique si besoin.

 

Quelle sera la surveillance après la fin de la radiothérapie ?

Cette surveillance se résumera le plus souvent à une consultation spécialisée, pouvant se réaliser en alternance entre l'urologue et le médecin radiothérapeute, avec les résultats d'un dosage du taux de PSA.